Partager cette page

Pour un bel aquarium planté

Bel aquarium planté
Pour un bel aquarium planté, on considérera les paramètres suivants :

  1. Sol nutritif substratLe sol nutritif : il n’est pas strictement obligatoire mais vivement conseillé car il est très efficace afin de permettre un bon enracinement et d’accélérer “le démarrage” des plantes (après quelques mois, il s’épuisera). Le sol nutritif (terreau aquatique) s’achète en magasin aquariophile – mais il est aussi possible de concocter un mélange-maison (mélange composé de 50 % de terre de bruyère, 10% d’argile verte et de 40% de sable de rivière). Indiquez au vendeur la surface au sol de votre bac pour déterminer la quantité nécessaire. Pour faire des économies, inutile d’en disposer là où on sait qu’on n’aura jamais de plantes (sous le filtre par exemple). Le sol nutritif, d’une épaisseur de 3 à 5 cms centimètres sera ensuite recouvert par une couche de sable de la même épaisseur environ (ceci notamment pour éviter que la sous-couche nutritive ne vienne s’échapper dans l’eau du bac) et de granulométrie moyenne (afin de permettre à l’eau de bien circuler dans le sol et d’éviter tout processus de fermentation). L’ensemble du substrat (sol nutritif + sable de surface) doit en principe avoir une épaisseur de 5-8 cms minimum selon les bacs.
  2. éclairage LED aquarium L’éclairage : le tube fluorescent (ou plus récemment LED) doit être adapté à un aquarium planté (attention : certains tubes très bon marché et à usage dit “général” n’ont pas été conçus à cet effet, leur efficacité est donc aléatoire) : la qualité de la lumière compte autant que la quantité. On achètera de préférence un tube à usage aquariophile de marque reconnue et dont le spectre a été spécialement conçu pour stimuler efficacement la croissance des plantes. Il devra par ailleurs rehausser également les couleurs des plantes et des poissons : ainsi, on sera attentif à la température de la lampe, qui indique sa couleur dominante exprimée en Kelvin (K°). Si la lumière solaire, qui sert de référence, est d’environ 6500 °K, certains tubes proposeront des températures plus basses (teintes où dominent les rouges) ou plus élevées (teintes où dominent les bleues ) : l’oeil humain apprécie plus particulièrement un spectre lumineux riche marqué par une préférence dans les jaunes et les verts. Mais attention : ce que nous voyons n’est pas ce que “voient” les plantes : un bon tube doit donc être le fruit d’un compromis entre le spectre lumineux requis par les plantes (pas forcémént “joli” pour nous !) et la qualité esthétique procurée par l’ensemble. Une bonne combinaison de deux tubes complémentaires est alors souvent fructueuse. La puissance peut être calculée en lumens/litre ou plus grossièrement en watt par litre. Un éclairage moyen typique est de 1 watt pour 2 à 3 litres, 1 watt pour 1 litre étant considéré comme très intense et 1 watt pour 4 litres faible. Prenez en compte ce paramètre lors de l’achat des plantes : des plantes nécessitant un éclairage puissant ne survivront pas longtemps dans un bac trop peu éclairé; de la même façon, une anubia – plante à croissance très modérée – se couvrira d’algues puis dépérira si elle est soumise à un éclairage trop puissant (on la mettra dans ce cas à l’ombre de plantes de surface). Ajoutons que plus la hauteur de l’aquarium est importante, plus l’éclairage sera puissant, du fait de la déperdition de flux lumineux. La durée d’éclairage maximale recommandée est de 10-12 heures environ. On n’interrompra pas l’éclairage au cours de la journée car cela perturbe plantes et poissons. On peut cependant limiter la durée d’éclairage en fonction de situations particulières (exemple : canicule).
  3. Echelle du pHLe pH : tout comme pour les poissons, il faut vérifier avant d’acheter que le pH du bac correspond à celui qui est requis par la plante. Le pH est mesuré à l’aide d’une échelle graduée de 0 à 14. Le chiffre 7 correspond à une solution neutre. Les valeurs supérieures à 7 sont dites basiques ou alcalines; les valeurs inférieures à 7 sont acides. La lecture du pH est logarythmique : un changement de 1pH correspond à une multiplication de 10 de l’acidité ou de l’alcalinité. Prenons un pH de 5 : il est 10 fois plus acide qu’un pH de 6 mais 10 fois moins acide qu’un pH de 4 . De même, un ph de 8 est 10 fois plus basique qu’un pH de 7 et 100 fois plus basique qu’un pH de 6. En aquariophilie, bien-sûr, les extrêmes n’ont pas de sens : la plupart des poissons et des plantes préfèrent un pH compris entre 6.0 et 8.0, et seulement quelques espèces exigeront des valeurs plus acides ou au contraire alcalines. Ainsi, le poisson rouge préférant un pH neutre à alcalin (de 7-0 à 8.5 idéalement), les plantes qu’on choisira devront être à peu près adaptées à ces mêmes valeurs pour une bonne réussite (car des plantes exigeant une eau acide mourraient en milieu alcalin). La page précédente précise l’échelle de pH tolérée pour nos quelques exemples de plantes.
  4. Goutte d'eauLa dureté : elle établit la concentration en sels de calcium et de magnésium. Si la concentration en sels de calcium est faible, l’eau est douce. Si elle est importante, l’eau est dure. Tout comme pour les poissons, certaines plantes préfèrent une eau très douce ou douce (de 0° à 10° dh) alors que d’autres préféreront un eau moyennement dure (15 à 20°dh) ou même dure à très dure (20° à 25° et au-delà). Les poissons rouges eux sont extrêmement tolérants pourvu qu’on évite les eaux très douces.
  5. Engrais plante aquariumLes engrais : pour des plantes en bonne santé, un engrais spécial plantes d’aquarium (sans nitrates ni phosphates, les poissons rouges en produisent bien assez) est indispensable : il contient en effet différentes substances nutritives indispensables à la croissance des plantes. Cependant, ne pas utiliser d’engrais pendant les premières semaines après l’introduction des plantes : celles-ci sont encore incapables d’en tirer le meilleur partie et devraient tirer suffisamment de nutriments dans un premier temps lors des changements d’eau et à partir du sol nutritif (lequel contient du fertilisant pour quelques mois).
  6. Diffuseur CO2Le CO2 : les plantes ne poussent pas sans dioxyde de carbone (CO2) et poussent mal s’il y en a trop peu. Trop de mouvement à la surface de l’aquarium a tendance à dissiper le précieux CO2… mais trop peu de mouvement ou aucun mouvement et les poissons risquent le manque d’oxygène.Si vos poissons se portent bien sans aérateur (ou « bulleur ») la journée, c’est à dire qu’ils ne montent pas sans cesse à la surface à la recherche d’oxygène, mieux vaut éviter d’utiliser cet appareil la journée car les bulles générées laissent s’échapper le CO2, ce qui nuit à la croissance des plantes. Mais si votre bac est réduit et/ou peu planté et/ou sans aucun mouvement de surface, l’aérateur est vivement conseillé afin permettre à l’eau de s’oxygéner suffisamment pour les besoins de vos poissons (notez que ce ne sont pas les bulles elles-mêmes qui oxygènent l’eau mais le mouvement crée à la surface par l’explosion des bulles qui facilite les échanges gazeux en surface : le léger courant généré par la sortie d’une pompe à eau est donc encore plus efficace). Je conseille en tous les cas au débutant de laisser branché un aérateur la nuit pour plus de sécurité.
    Il est possible d’utiliser un système de diffusion du CO2 ou du CO2 artisanal : cette page n’ayant pas pour objectif de développer plus en avant ce sujet, je vous renvoie à l’article suivant: la diffusion ou injection de CO2 dans l’aquarium. Rappelons-nous pour terminer que si les plantes produisent de l’oxygène le jour, la nuit, c’est le contraire : elles absorbent de l’oxygène et entrent en compétition avec les poissons, aussi, ayons le bien-être (et la survie) de vos poissons comme priorité.
  7. Tailler les plantesL’entretien : les plantes ont tendance à « monter » à la recherche de la lumière. Il faudra les tailler de temps en temps pour les rendre plus touffues. Les changements d’eau sont essentiels : les poissons produisent des quantités de nitrates et de phosphates et une quantité excessive de ces éléments ne sera pas absorbée par vos plantes … mais par les algues !

Partager cette page