• 1047
  • 426
  • 98
    • 24
    • 72
    • 1

Biologie du poisson rouge

Poissons Rouges

La peau et la couleur des poissons

L’épiderme, la couche supérieure de la peau, recouvre l’extérieur des écailles. Il génère le mucus, une substance gluante et collante, qui joue à la fois un rôle protecteur contre les agressions extérieures (physiques, infections, parasites) et un rôle de lubrifiant permettant d’améliorer la vitesse du poisson. Juste en dessous se trouve le derme, lequel renferme les cellules responsables des modifications de couleur et d’apparence des poissons.

Ces cellules sont soit :

  • chromatophores : elles sont colorées par 3 pigments. Les cellules érythrophores sont des chromatophores orangé-rouge; les xantophores sont jaune; les mélanophores enfin portent le noir.
  • guanophores: elles contiennent des cristaux de guanine, responsables des teintes métalliques des poissons.
  • iridophores : polarisent la lumière sur le modèle d’un cristal ou d’un prisme.

La couleur des poissons rouges est influencée d’abord par l’environnement dans lequel ils vivent, à commencer par la lumière. C’est pourquoi les poissons rouges élevés dans un environnement sombre (par exemple en rivière ou dans un bassin très profond) ne montrent pas les plus belles couleurs. Le stress peut aussi faire pâlir les poissons (effet de la contraction des pigments).

Points d'interrogationCertaines variétés de poissons rouges changent de couleurs plusieurs fois au cours de leur vie : c’est un processus normal. Les poissons qui pâlissent peuvent donc être nourris avec davantage d’aliments contenant des carotènes. Aussi, certains aliments du commerce ont été spécialement formulés à cet effet : Hikari, Sera, Tetra et d’autres encore proposent d’excellents produits à cet effet.

Le rôle des écailles

Les écailles des poissons rouges sont imbriquées à la manière des tuiles d’un toit. Les écailles grandissent avec le poisson, sont remplacées si elles sont endommagées mais leur nombre reste constant. Un examen au microscope révèle des anneaux, un peu similaires à ceux du tronc d’un arbre : ils peuvent également servir à déterminer l’âge des poissons s’ils ont été élevés en bassin et donc soumis aux variations saisonnières de température (les anneaux sont plus espacés pendant la saison chaude dans la mesure où le poisson grossit le plus rapidement pendant cette période. À l’inverse, des anneaux peu espacés marquent la saison hivernale, où la croissance des poissons est très ralentie). En aquarium, la constance des paramètres rend cette technique caduque.

AttentionAttention : il faut éviter à tout prix de toucher les écailles des poissons avec des mains sèches car, en adhérant à l’épiderme des poissons, cela détruirait le mucus dont elles sont recouvertes et pourrait favoriser l’apparition d’infections.

Page suivante: Les nageoires et la propulsion »

  • 1047
  • 426
  • 98
    • 24
    • 72
    • 1